Calypso Carry-All Pouch

Carry-All Pouch

Calypso

by Cyril ROLANDO
$15.00

Buy a Set of 3 and Save!

DESCRIPTION

Organize your life with our Carry-All Pouches. Available in three sizes with wraparound artwork, these pouches are perfect for toiletries, art supplies or makeup. Even an iPad fits into the large size. Features include a faux leather pulltab for easy open and close, a durable canvas-like exterior and a 50/50 poly-cotton black interior lining. Machine washable.

ABOUT THE ART

La nuit semblait défigurée sans ses étoiles. Le vent, perdu et affolé, soufflait dans tous les sens, entaillant l’océan de profondes cicatrices. Le monde avait changé si précipitamment. C’était désormais le théâtre douloureux d’un animal hurlant et se débattant tous azimuts. L’univers, captivé par ce spectacle, se jouait de notre boussole, jouissant de la peur qui emplissait nos corps inévitablement. Nous n’étions que des morceaux de bois, flottant dans une flaque, dont un enfant aurait cherché à éprouver la résistance, en y jetant des cailloux toujours plus gros. Les vaisseaux résistaient aux assauts mais la rage tempétueuse allait bientôt dévorer les voiles. Nous n’étions plus des hommes, nous n’étions que des brindilles à la merci d’un enfant-dieu qui s’ennuyait.

Comme à la sortie d’un rêve, Calypso jaillit soudain des eaux. La nuit, dont les étoiles étaient toujours absentes, se teinta alors d’un rose impossible, parant le ciel d’un manteau d’une palette incroyable. Ces couleurs avaient elles un nom ? Nous sentions que ce maudit jeu avait pris fin. Il fallait rentrer, nous allions rentrer ! Calypso flottait et faisait naitre dans son sillage l’espoir du retour à la terre. Cette terre, quelques cailloux qu’on oublie si vite quand on la foule du pied, était devenue aujourd’hui notre paradis, notre trésor.

Nous oublions si vite la valeur des choses, nous devenons si vite aveugles, comme si les choses avaient toujours été et seraient toujours acquises.

Au loin, un enfant avait quitté une flaque d’eau et quelques cailloux, avant de rejoindre sa mère. L’attente avait été si longue mais il avait réussis à se calmer. Il avait été tant en colère mais finalement il s’était dit qu’elle avait peut-être raison : il pourrait attendre noël prochain pour avoir son nouveau jeu.

painting digital